Architecture du coeur

Dès l’aube de la science, l’homme s’efforce de définir sa place , son identité dans un monde vertigineusement agrandi par la connaissance. Les romantiques , en littérature et en peinture,  nous livrent les échos de cette prise de conscience, ce désarroi, cet émerveillement de l’être devant les forces infinies de la nature et de l’inconnu.
L’art est ce lieu sacré où l’homme est en contact avec son intuition, sa conscience d’être……
  
Cette ultime aventure commence par la fusion  magique de la  main avec la matière, du corps avec l’espace. L’enfant qui laisse ses doigts errer sur le sable, trace des volutes, de libres courbes, saisit en quelque sorte son essence profonde, son identité. Nous  écrivons, peignons, sculptons, dansons ou jouons au rythme apaisé de notre respiration. La main, le corps sont  des  instruments portés par  la sensibilité, l’énergie, le cœur. Toutes nos créations originelles, nos premières musiques, outils, écritures, dessins et sculptures sont le miroir le plus profond et le  code le plus précis de notre humanité. Nous pensons avec des images .Que cette simple prise de conscience nous projette dans la réalité avec un regard neuf, ébloui : l’observation , la contemplation deviennent une méditation visuelle consciente ou plutôt, une parfaite concentration où l’observateur s’identifie au sujet  observé .
Cette émerveillement, cette curiosité sont au cœur de la science. Einstein perçut notre quête d’identité, de connaissance, de spiritualité comme notre essence indissociable, vitale . Et il mit en  garde  celui qui ne peut scruter l’univers sans émerveillement comme étant déjà mort. Selon lui, l’art n’est rien sans la science et la science n’est rien sans l’art.
 
 
         
La magie du dessin, un véhicule spontané d’expression et d’analyse à intégrer dans notre quotidien :
Le rythme de la ligne demeure, comme celui de toute musique, l’architecture de notre  perception, l’énergie, le chemin, le véhicule de nos pensées créatrices. Les premières recherches sur le cerveau furent  engendrées par les sciences criminelles où les statistiques établirent un lien indissociable entre l’environnement et le comportement ( au-delà des paramètres sociaux et familiaux).
L’abstraction pure n’existe pas dans la mesure où nous apposons toujours intuitivement, marques et couleurs en un rythme qui mesure, incarne des émotions et nous invitent à imaginer , penser en images….Nous devons nous centrer sur nos liens profonds avec l’architecture de la réalité qui nous entoure et en quelque sorte, nous forme. Observons, créons et retraçons notre ressenti .
L’éclatement architectural de la réalité décrite par le cubisme, le vorticisme et le futurisme, reflètent tous nos déchirements, toutes nos guerres, notre difficulté de définir notre relation avec la technologie, notre humanité.
La courbe est un déploiement du geste, de l’esprit, un envol , une liberté….la légèreté du sensible incarné. Elle reflète la vie, ininterrompue dans le
mouvement,  la fusion de directions opposées, un sentiment de plénitude : une continuité, un  point de rencontre, un pont entre deux dimensions : une  douce protection et une ouverture sur le monde extérieur.
 
      
        
C’est pourquoi le Prince Charles avait plaidé pour cet équilibre entre la courbe et la ligne droite dans l’architecture moderne. Il nous avait rappelé que les voutes, de la voute romane au gothique flamboyant, nous ont été inspirées par nos forêts et ses voûtes naturelles. Notre visionnaire Leonardo de Vinci avait déjà esquissé des piliers d’allure gothique avec une nef de feuillage. 
 
    
    
Roy Pickering apprit nos jeunes maîtres à briser les contours, les défaire et les reconstruire, à apposer des marques pour créer  un tissu sensible, profond de
contrastes, où la forme, une multitude de détails émergent avec spontanéité et légèreté, d’un nuage de transparences. Comme si  on touchait la réalité et on la couvrait des voiles de nos impressions, de notre ressenti. Tout repose sur la qualité, la liberté de ce geste, un point de rencontre si simple mais à la fois mystérieux de l’homme avec la matière , incarnant la fusion du regard et du cœur avec la réalité.
 
 
 
 
Et son remarquable travail dans les écoles  et  notre exposition à Paris en 2004 ouvrit  à tous les portes  d’un monde intérieur. Un maître absolu de la créativité . 
2504-2.jpg3193.jpg3358.jpg021-3.jpg
              
Dans ces études , des enfants âgés de 7 ans seulement,  étant parfaitement guidés par Roy Pickering pour suivre leur  intuition, opérer des choix sans crainte, ont  spontanément créé ce parfait équilibre de formes et de couleurs : le geste s’y déploie à travers toute l’image ; un mouvement porte tous les éléments de ces peintures en une composition parfaite et sensible.
Dans cette dernière étude d’une élève de 17 ans, on peut saisir l’envol d’un ressenti, l’intense relation d’un être avec la musique comme s’il glissait tout entier le long d’une phrase musicale ou de la corde d’un instrument.
  
Susan Parkinson, fondatrice du Trust des Arts et de Dyslexie et dont certaines céramiques appartiennent à la collection royale, nous inspire avec ces
dessins dont la douceur est telle qu’elle nous donne, elle aussi, la sensation d’effleurer la réalité. Le détail est suggéré et sculpté en trois dimensions  par quelques marques ou contrastes seulement. On y entend frémir les feuillages délicats de Corot et une perspective profonde précipite notre regard vers un horizon lointain.
La petitesse, la douceur, le minimalisme , et le souffle si subtil qui donne vie  ,la puissance d’évocation de ses dessins, est particulièrement émouvante et elle aussi liée à la qualité , la constance de ce geste.
 
116-1.jpg120-2.jpg121-2.jpg
      
  
En ces deux maîtres, nous retrouvons cette approche fondamentale : le ressenti est en quelque sorte apposé , mesuré à travers un tissu d’ombres, de lumières, de marques, un langage quasi abstrait à partir duquel, la forme, la structure est progressivement construite . l’illusion du volume, de la distance est  alors pétrie
par quelques contrastes et marques supplémentaires, comme une sculpture, s’élevant de son socle…..
Walter Fabeck, Compositeur contemporain et Directeur des Bank Keys Studios in London dont la musique résonne comme un battement de cœur , sourd et  puissant, avec toutes les tonalités, les nuances de l’émotion, a inspiré à tous les enfants de très belles peintures, parsemées de cœurs et qui souvent ressemblent à de belles fractales, celles d’un univers où le monde adulte doit se ressourcer.
 

  15326-2.jpg14892.jpg1084.jpg079-1.jpg  

 
  La poétesse Emma Elliott, est en quelque sorte peintre et musicienne de l’émotion. Par un langage rythmé, elle vêtit d’images l’inaudible. Dans l’univers de ses fables philosophiques, enfants et adultes sont invités à  voyager très loin  à la recherche de  leur propre espace, sur l’aile de sa poésie vibrante de liberté et de détermination.
Remplissons donc nos carnets de voyage de nos dessins , nos mots, nos histoires, nos musiques, nos paysages présents et passés, nos souvenirs familiaux, notre identité. Notre environnement forme la matrice de notre esprit.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (25)

3. BillyVaf (site web) 19/09/2017

levitra azithromycin

4. CharlesNox (site web) 19/09/2017

propranolol buy crestor

5. BrettTrund (site web) 22/09/2017

Hctz

6. CharlesNox (site web) 22/09/2017

Cheap Vardenafil

8. Aaronphymn (site web) 23/09/2017

cialis amex

12. CharlesNox (site web) 24/09/2017

buy medrol buy doxycycline

13. Aaronphymn (site web) 25/09/2017

vardenafil hydrochloride generic cymbalta

14. BrettTrund (site web) 25/09/2017

DOXYCYCLINE 100 MG cialis

15. CharlesNox (site web) 25/09/2017

Cephalexin

18. CharlesNox (site web) 26/09/2017

lisinopril cephalexin tablets cialis online

19. Aaronphymn (site web) 26/09/2017

buy doxycycline cechalexin 250

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau